Location saisonnière : que prévoir en matière d’assurance?

De plus en plus, les vacanciers se tournent vers la location saisonnière en ce qui concerne leur hébergement durant leur séjour. En effet, cette solution leur facilite considérablement la vie, car elle est à la fois simple et rapide. Il convient toutefois de prendre certaines précautions, notamment sur le plan de l’assurance location saisonnière.

Point de vue du propriétaire

Il est important de noter que les besoins d’assurance varient en fonction de la propriété, notamment en ce qui concerne les infrastructures ainsi que les objets présents dans le logement. Normalement, le propriétaire d’un logement destiné à la location saisonnière a déjà souscrit un contrat d’assurance habitation, que ce soit à titre de propriétaire occupant ou de propriétaire non occupant. En premier lieu, il doit informer sa compagnie d’assurance qu’il souhaite mettre son bien en location saisonnière.

Et dans le cas où il a déjà souscrit une assurance habitation multirisques, il peut modifier le contrat et y inclure la cause « pour le compte de qui il appartiendra » avec abandon de recours à sa police d’assurance. Dans ce cas, sa garantie responsabilité civile va également fonctionner au profit de son locataire en cas de dommages corporels. Ce qui signifie que le propriétaire va être couvert systématiquement en cas de dommages comme des incendies ou des dégâts des eaux. Donc, l’assurance va l’indemniser, et ce, même si les dommages sont occasionnés par le locataire. Cependant, il est important de vérifier que le contrat d’assurance en question n’indique pas une obligation d’occupation minimale. En effet, certaines compagnies d’assurance peuvent par exemple annuler le contrat si le logement demeure inoccupé pendant plus de 3 mois.

Point de vue du locataire

En ce qui concerne le locataire, l’assurance location saisonnière est obligatoire. Elle se présente souvent sous forme de contrat d’assurance habitation. Celui-ci va couvrir tous les dommages causés sur le bien loué ainsi que sur les parties communes et les appartements voisins si ces derniers sont touchés. En générale, le contrat d’assurance habitation multirisques du locataire inclut une clause de garantie villégiature qui va donc assurer la location saisonnière. Il est toutefois recommandé de bien lire le contrat afin de vérifier si la clause ne concerne qu’une zone géographique, comme la France. Si c’est le cas, cette assurance ne sera pas valide si la location saisonnière se trouve à l’étranger.

D’autre part, il est possible que le locataire souscrive une assurance location saisonnière contre ses risques locatifs, juste pour la durée de cette location. Cela concerne notamment les incendies et les dégâts des eaux. Cette assurance est donc destinée à couvrir sa responsabilité en tant que locataire. Dans la foulée, il peut également s’assurer vis-à-vis du cours des voisins, c’est-à-dire sa responsabilité par rapport aux voisins du bien loué.

Les autres assurances en location saisonnière

Le locataire peut passer par des sites spécialisés pour trouver un bien en location saisonnière. Dans ce cas, il arrive que ces plateformes proposent de souscrire une assurance location saisonnière qui offre une couverture responsabilité civile de premier niveau. Ainsi, dans le cadre d’une location, ce contrat peut couvrir jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros par logement et par sinistre. D’autre part, il est également possible de souscrire une assurance annulation en passant par le site de location saisonnière.

Pourquoi faire de la location saisonnière quand on est propriétaire ?
Quel site de location saisonnière choisir pour diffuser son annonce ?