Location saisonnière : que risque le bailleur en cas d’annonce immobilière inexacte ?

Investir dans l’immobilier locatif est une alternative rentable. Le propriétaire bénéficiera ainsi d’une source de revenu chaque mois ou selon les conditions qu’il entretiendra avec ses locataires. Il existe tout de même différents types de location, dont la location saisonnière.

Faire une location saisonnière : ce qu’il faut savoir

Tout un descriptif location saisonnière est à découvrir avant de se lancer dans ce type de projet. Cela consiste premièrement à la mise en location d’un bien meublé pour une durée de location à courte durée et bien déterminée. Cela se déroulera en maximum sur 90 jours et est destiné pour les vacanciers. Le bailleur et le locataire s’engagent sous un contrat. Celui-ci contiendra les termes de la location et certaines exigences. En ce qui concerne le prix de la location, cela varie en fonction du potentiel du bien en question ainsi que les attraits touristiques de la région dans laquelle elle est située. Par ailleurs, il faut aussi savoir que ce type de location est régi par la loi. Tout propriétaire devra alors être légal. Selon la loi Warsmann, un dépôt de formulaire Cerfa doit être fait à la mairie de la commune, sauf pour une résidence principale. Quant à la loi Alur, il est nécessaire d’avoir une autorisation pour pouvoir effectuer cette activité.

Les différents types de location saisonnière

Afin de mieux comprendre la location saisonnièreil est important de connaître les différents types de biens à mettre en location. Il faut noter que ces derniers doivent être équipés étant donné qu’ils seront destinés à un usage à courte durée. Sont alors concernés les propriétaires d’un château, villa, immeuble à étage pour des vacances. La location de mobil-homes, gîtes, chalets et péniches aussi en fait partie. Cela offrira une diversité de choix pour les locataires.

Les sanctions en cas d’annonce immobilière inexacte

Lors d’une annonce immobilière, il faut bien faire attention à ne présenter que des informations exactes et sûres. C’est pourquoi il faut bien assurer le comprendre descriptif location saisonnière. Certes, en cas de publicité erronée, le bailleur ou encore l’intermédiaire risque une amende pouvant aller jusqu’à 7 500 euros. Pour éviter cela alors, il importe que le propriétaire fasse un état descriptif des lieux avant même de signer un contrat de bail. S’il y a lieu de faire une rénovation, il ne faut pas hésiter à s’y investir et ne pas mettre en bien en location jusqu’à la fin des travaux.

Pourquoi faire de la location saisonnière quand on est propriétaire ?
Quel site de location saisonnière choisir pour diffuser son annonce ?